2017-11-10

Cycle de la violence conjugale

Voici ce que nous appelons le cycle de la violence. Une fois entré dedans, il est difficile d’en sortir.

Il est surtout ardu pour les proches de comprendre pourquoi la victime reste auprès de son agresseur. Ce n’est pas simple; souvent, la victime est sous son emprise et reçoit des menaces. Mettez-vous à sa place : que feriez-vous si votre conjoint vous menaçait de vous tuer si vous partiez, ou pire (si cela se peut), de vous enlever les enfants?
Bien sûr, ce comportement n’arrive pas du jour au lendemain. Le climat de tension s’installe de façon vraiment insidieuse. Ces agresseurs sont de fins manipulateurs et ils savent où venir nous chercher, comment toucher notre corde sensible, car ils nous ont bien examinées avant.

Au début, j’excusais le comportement de mon conjoint. Oui, totalement. Il était marabout à l’occasion lorsqu’il revenait du boulot, mais qui ne l’est pas? J’ai vu ce côté de lui à peine deux semaines après avoir commencé à le fréquenter, j’ai donc rapidement été témoin de ses sautes d’humeur. Je me disais : « Ce n’est pas grave, il a eu une dure journée, il travaille fort, il est couvreur… » Puis, un jour, les sautes d’humeur changent et tout est soudain de ma faute. Encore une fois, tout cela prend du temps et n’arrive pas du jour au lendemain. Son comportement agressif, j’en avais pris conscience. Ma petite voix intérieure me disait de partir, mais ma tête me disait de rester.

Notre petite voix est importante : elle nous guide souvent vers la bonne décision, mais malheureusement, nous ne l’écoutons pas.